La moisson se trouve dans la semence

Soixante pour cent de la population africaine, estimée à 1,3 milliard en 2050, est employée dans des activités liées à l’agriculture. L’Afrique abrite un quart de la biodiversité mondiale et 65% des terres arables du monde, selon la Convention sur la diversité biologique et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, respectivement.

Malgré cet énorme potentiel, les activités agricoles en Afrique n’occupent que 10% de la surface arable du continent, et se caractérisent par une efficacité et une productivité relativement faibles. L’incapacité du continent à nourrir sa population de traduit chaque année par une dépense autour de 35 milliards de dollars US pour l’importation de produits alimentaires. La contribution du secteur agricole au PIB total, aussi bas que 25%, a de graves conséquences sur la stabilité économique et sociale des pays africains.

Tout cela justifie l’urgence de modifier le mode de fonctionnement du secteur agricole : l’agriculture doit être transformée en un moteur de la croissance sociale et économique, tout en répondant aux défis représentés par les effets du changement climatique, les inégalités sociales croissantes et la pression exercée sur les ressources naturelles.

 

PDDAA et transformation agricole

La transformation agricole peut être conçue comme l’ensemble des investissements et des processus politiques et techniques visant à créer et à soutenir la croissance inclusive et verte du secteur agricole. La transformation agricole est un élément central du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA), qui définit les initiatives liées à l’agriculture afin de faciliter la réalisation de l’objectif « éliminer la faim et réduire la pauvreté grâce à l’agriculture ».

En particulier, comme indiqué dans la Déclaration de Malabo sur la croissance et la transformation accélérées de l’agriculture pour une prospérité partagée et de meilleures conditions de vie, les semences de qualité sont reconnues comme un moyen essentiel pour accroître la productivité et la résilience des cultures. En fait, le cadre du PDDAA vise à promouvoir et à assurer un degré élevé de sécurité semencière en tant que voie à suivre pour atteindre une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable en Afrique.

 

Les semences comme vecteurs de transformation agricole et de résilience améliorée

Ces progrès (amélioration des rendements, résistance aux parasites et aux maladies, aptitude au stockage et à la transformGrâce à un secteur semencier durable et à l’utilisation d’approches novatrices, il est possible de transférer plus rapidement et plus efficacement les progrès de la recherche agricole aux agriculteurs et de les développer à plus grande échelle.ation, aptitude des agriculteurs et des consommateurs) peuvent avoir une influence positive sur toutes les étapes de la chaîne de valeur agricole.

Les agriculteurs ont également besoin de moyens efficaces pour s’adapter aux changements climatiques. Un système semencier opérationnel offre aux communautés rurales un choix plus large et plus varié et contribue à la diversification des cultures, à une résilience accrue et à l’atténuation des effets du changement climatique.

Des emplois doivent être créés si nous voulons régler des problèmes urgents tels que la migration des jeunes et les disparités entre les sexes dans l’agriculture. La production et l’utilisation de semences de qualité de variétés améliorées utilisant des modèles de gestion plus axés sur le commerce offrent de bonnes opportunités de générer des revenus, en particulier pour les femmes et les jeunes, et représentent donc des moteurs importants de l’inclusion sociale.

 

Rôle d’AfricaSeeds

AfricaSeeds est l’organisation semencière intergouvernementale désignée par l’Union africaine pour diriger les efforts de développement du secteur semencier sur le continent. Elle fonctionne dans le cadre du Programme africain sur les semences et les biotechnologies (PASB).

AfricaSeeds est devenue au cours de la dernière décennie un acteur clé de la transformation agricole sur le continent. L’institution aborde des problèmes critiques du secteur semencier en Afrique, tels que le renforcement des capacités, le développement de petites entreprises semencières et les partenariats public-privé. Sa contribution majeure est confirmée par les progrès réalisés dans le renforcement de la production et de l’utilisation de semences en tant qu’intrants majeurs de la production agricole, comme indiqué dans le Bilan biennal de la Déclaration de Malabo.

Grâce à ces efforts, AfricaSeeds participe de manière substantielle à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la création de richesse et à la résilience des moyens de subsistence en Afrique.

Agricultural transformation©CIAT

Grâce à un secteur semencier durable et à l’utilisation d’approches novatrices, il est possible de transférer plus rapidement et plus efficacement les progrès de la recherche agricole aux agriculteurs et de les développer à plus grande échelle.

Close Bitnami banner
Bitnami