Convoqué par la Commission de l’Union africaine, en partenariat avec AfricaSeeds, un groupe d’experts provenant de pays africains s’est réuni pour débattre des progrès accomplis au cours de la décennie 2008-2018 du Programme africain sur les semences et la biotechnologie (PASB) et réfléchir sur la voie à suivre.

L’atelier de consultation d’experts s’est tenu du 18 au 20 septembre à Abidjan. Plus de 25 participants représentant des parties prenantes du secteur semencier, notamment des responsables gouvernementaux, des experts nationaux et du personnel d’institutions internationales et régionales et d’organisations de développement telles que le CORAF, le COMESA, le CGIAR, l’AGRA, le TASAI et le Seed Systems Group.

Dans son allocution de bienvenue, le Dr Kouame Miezan, Directeur exécutif d’AfricaSeeds, a déclaré que l’Afrique a depuis longtemps reconnu que le rôle essentiel joué par les semences de qualité dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la transformation agricole. Il a ajouté: “Cet atelier est une excellente occasion de relancer le PASB qui est essentiel pour soutenir les initiatives appartenant à l’Afrique et dirigées par l’Afrique pour atteindre ces mêmes objectifs.”

Le PASB est le cadre continental de référence pour le développement du secteur semencier sur le continent.
Lors de la cérémonie d’ouverture, les représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et de l’Union africaine ont souligné l’importance d’accroître la connaissance et l’utilisation du PASB parmi les parties prenantes afin d’améliorer la cohérence et éliminer les duplications dans les initiatives de développement durable du secteur semencier dans le continent.

La présence de responsables de la Commission de l’Union africaine a été déterminante pour orienter les efforts vers des plans d’action réalisables. La CUA a été dès le début un promoteur infatigable du PASB, lorsque la Commission a organisé une réunion en 2007 au cours de laquelle les chefs d’État et de gouvernement ont adopté le PASB.

Au cours de l’atelier, les participants ont été invités à évaluer les progrès réalisés en termes d’activités et de mobilisation de ressources, et à proposer des recommandations pour la mise en œuvre du programme au cours de la prochaine décennie. Chaque groupe a présenté son rapport en séance plénière en fournissant une évaluation indépendante et des propositions soigneusement élaborées pour la voie à suivre.

La complexité du développement du secteur semencier signifie qu’aucun pays africain, à lui seul, ne sera capable de surmonter le fardeau de l’insécurité semencière qui sévit depuis trop longtemps en Afrique. Les partenariats, la coordination et la subsidiarité sont donc essentiels.

Dans cet esprit, la CUA a mandaté AfricaSeeds pour mettre en œuvre et coordonner la mise en œuvre du programme ASBP et servir d’initiateur technique, politique et de mobilisation de ressources en vue de contribuer à l’élaboration de programmes de semences complets aux niveaux national, régional et continental en Afrique.

Les participants à l’atelier étaient désireux d’appuyer AfricaSeeds dans cet exercice de mise à jour et de révision si nécessaire, et de contribuer de par ce biais de façon substantielle à la transformation de l’agriculture africaine.

 

Voir photos ici.